Astuces pour bien choisir les toiles et châssis

A l’origine de la peinture classique, le peintre travaillait sur bois, céramique, ivoire, cuivre… généralement avec des oeuvres de petites dimensions. L’invention du châssis à peindre va permettre à l’artiste d’aborder des travaux plus grands et donc plus ambitieux. Le châssis toilé est lég...

Astuces pour bien choisir les toiles et châssis

A l’origine de la peinture classique, le peintre travaillait sur bois, céramique, ivoire, cuivre… généralement avec des oeuvres de petites dimensions. L’invention du châssis à peindre va permettre à l’artiste d’aborder des travaux plus grands et donc plus ambitieux. Le châssis toilé est léger, pratique et simple à fabriquer. 

En plus l’oeuvre peinte s’intègre aisément à l’architecture des demeures, des châteaux et des églises. La peinture est présente dans les intérieurs privés comme dans les lieux importants.

L’oeuvre peinte, réalisée à l’atelier, devient ainsi partie intégrante du décor d’un bâtiment. Elle se conserve
mieux que les fresques, garde plus longtemps sa force chromatique, peut être déplacée, remplacée, restaurée
et aussi… vendue. Avec le châssis toilé, une conception moderne de l’art voit le jour...

bien choisir les toiles et chassis

L'histoire des châssis

L’utilisation de la toile à peindre est connue dès le XVe siècle, d’abord tendue directement sur des panneaux de bois. Elle permet à l’artiste de s’affranchir de la fibre des planches et d’obtenir une surface bien lisse. La toile évite aussi les effets de dilatation ou de rétraction du bois.

A cette époque en effet, on enduit puis on ponce la toile à peindre pour lui donner un aspect parfaitement poli, et atteindre une finesse d’exécution inconnue jusqu’alors.

La toile est ensuite tendue sur un châssis de bois, très léger qui permet de réaliser des oeuvres de grande taille, voire monumentales. Les toiles utilisées sont principalement le lin, ou le chanvre, économiques à produire et stables dans le temps.

A partir du XIXe siècle arrivent les toiles de coton puis, au XXe siècle, les fibres synthétiques. Produites industriellement, ces
nouvelles fibres ont d’abord un avantage économique et sont aussi généralement plus claires.

quel châssis et toiles choisir

Les critères importants pour choisir sa toile

Le choix d’un châssis, outre ses dimensions, se résume à sélectionner un type de fibre et un style de préparation. La préparation est un encollage suivi d’un apprêt pour rendre la toile plus « réceptive » à la couleur.

La préparation participe également à la conservation de l’oeuvre en séparant la couleur de la fibre elle-même.

  • Fibre de LIN naturel : le lin est utilisé depuis plus de 5 siècles; on a donc un recul pour constater que cette fibre se conserve parfaitement bien. C’est aussi un produit raffiné pour les sujets exigeants.
  • Fibre de COTON naturel : le coton donne une toile plus économique, plus souple que le lin. Sa conservation est réputée moins bonne, mais généralement suffisante pour de nombreux travaux.
  • Fibre synthétique : très économique, elle se prête aux travaux d’étude et d’atelier, ainsi qu’aux surfaces de grandes dimensions.
  • Préparation : elle dépend avant tout de ce que l’on veut faire. La préparation peut être grasse (uniquement pour huile ou alkyde) ou maigre, pour toutes les autres techniques (huile comprise). Dalbe vous propose un très grand choix de toiles déjà préparées, mais aussi des produits pour réaliser vous-même cette préparation. L’utilisation de Gesso colorés, par exemple, vous ouvrira de nouvelles perspectives chromatiques. 
  • Grain de la toile : l’approche des plasticiens actuels va parfois s’orienter vers une mise en valeur du grain originel de la toile. Celle-ci est alors utilisée avec un apprêt très léger, voire sans apprêt du tout, comme un support « cru » qui permet une expression plus brute.

bien choisir ses toiles et châssis

Les châssis avec ou sans clés ?

Initialement, tous les châssis étaient fixes, fabriqués de façon rigide, une fois pour toutes. Lors de la réalisation de l’oeuvre, ou du fait de l’environnement (chaleur, humidité, etc.) la tension de la toile varie et peut « s’affaisser » légèrement.
Pour corriger cet effet disgracieux, préférez des châssis « à clés ».

Ces petits triangles de bois vous permettront en effet de retendre légèrement votre toile, pour lui conserver sa planéité. Une bonne tension se reconnaît en tapant légèrement sur la toile : celle-ci émet un bruit sourd, un peu à la manière d’un tambour.

A noter : la remise en tension d’une toile en utilisant ces clés doit être modérée. En sollicitant trop les clés, la toile peut faire vriller le châssis, ce qui est bien peu esthétique.

Quel format pour quel résultat  ?

Les plus répandus sont les formats classiques, qui correspondent aux règles fondamentales de la peinture artistique : maîtrise de la proportion et de la construction, adaptation au type de sujet.


Paysage « P » : c’est le format traditionnel à la géométrie des 2/3 issu des réflexions sur le nombre d’or, ce canon harmonique connu dès l’Antiquité, mais qui prendra tout son essor au Moyen Age.
Figure « F », un format mieux adapté aux portraits, légèrement plus haut que le format Paysage.
Marine « M » offrant un angle de vue élargi et donnant plus de mouvement au regard. Ce format qui « respire » est traditionnellement recommandé pour les paysages maritimes...

D’autres formats à découvrir pour davantage de liberté...

De nouveaux formats sont apparus au cours des 50 dernières années : formats carrés ou double carrés, formats allongés presque panoramiques, ou parfois même plus excentriques géométriquement.

Dans certains cas, la fixation de la toile est reportées à l’arrière du châssis et le bord de l’oeuvre peut être luimême
peint. Cette disposition sera valorisée par un encadrement de type « caisse américaine ».

Les châssis circulaires ou ovales, encore appelés « Tondo » sont issus de la tradition peinte d’Extrême-Orient, principalement japonaise.

La toile en rouleaux permet de réaliser ses propres châssis toilés, à plat ou même en volume ; la liberté de format est alors totale.

rouleau de châssis a peindre

Les formats standarts français

En France, les formats sont indiqués en nombre de « points», principalement organisés de 0 à 120, voire davantage. Dans la définition du format, on indique toujours la hauteur avant la largeur. En Europe (Allemagne, Italie, Belgique) les formats sont définis en centimètres.
Exemple : un châssis 15 P aura un format de 50x65cm; 15 P signifie « 15 points dans le format Paysage ».

tableau des formats châssis francais

Lire la suite

Châssis & toiles Il y a 36 produits.

Les nouveautés

En savoir plus
  • Nouveau

    Panneaux de contreplaqué 3 mm, montés sur châssis bois de 35x35 mm. 7 formats standards disponibles. Idéal pour toutes les techniques à l'huile. La préparation peut-être faite avec les gessos Dalbe ou Wingo. http://www.dalbe.fr/mediums-et-additifs-pour-peintures-acryliques/3250-gesso-universel-dalbe.html...

    à partir de 7,65 €
    Disponible

Tous les produits